L'homéopathie pour bébé et la femme enceinte

Les traitements naturels sont d’une grande aide lors d’une grossesse et plus tard pour le bébé. L’homéopathie et les remèdes à base de plantes ont tous les deux la cote auprès des femmes enceintes puisqu’ils s’avèrent être efficaces contre tous les maux durant et après la grossesse. Ils sont aussi pratiques pour la santé des petits enfants. Les petits maux de grossesse ainsi que les problèmes des nourrissons peuvent ainsi être soignés à l’aide de cette médecine douce.

On parle ici de nausées ou de vomissements, de tensions des seins, de douleurs ligamentaires, d’une envie périodique d’uriner ou de salive abondante durant le premier trimestre de fécondation. Les crampes, les maux de dos, les remontées acides, les hémorroïdes et la constipation apparaissent  durant les 6 mois suivants.

Ces périodes peuvent être difficiles, c’est pourquoi il est important de traiter ou au moins d’alléger ces malaises pour ne pas laisser un mauvais souvenir à la future maman.

Face à des nuits agitées, un nez qui coule, des soucis de coliques ou bien de constipation, de la toux sèche ou grasse, certains parents optent pour la médecine alternative à l’instar de l’homéopathie. Certains produits sont utiles à avoir sous la mais pour soulager les petits maux habituels de bébé.

Pendant la grossesse

Les nausées

Les nausées s’accompagnent souvent de vomissements, ce qui est gênant pour la femme pendant le 1er trimestre. Elles sont causées par la forte sécrétion d’hormones. Elles ne se prolongent pas en général au-delà du 5ème mois d’aménorrhée.

Elle s’atténue généralement une fois que la concernée a pris son premier repas. C’est pourquoi, à part les produits homéopathiques proposés, les spécialistes conseillent la plupart du temps qu’il faut toujours manger plus tôt après le réveil.

Éviter les aliments ou les odeurs inspirant le dégoût est aussi indispensable, à n’en citer que le café, le tabac, la friture, le parfum, etc.  Les repas doivent être fractionnés selon la recommandation de certains gynécologues homéopathes.

Ces traitements nécessitent une prescription très spécifique surtout pour celles qui se sentent très faibles. L’hypersécrétion salivaire est soignable à l’aide de 5 granules d’Ipeca 7 CH dont la prise se fait à chaque fois que la sensation arrive.

Ce remède peut être accompagné par le Tabacum 5 CH pour plus de résultats satisfaisants. Ce dernier élimine le risque de vomissement tandis que le Colchicum Automnale 5 CH apaise le dégoût à la vue de certaines nourritures et des odeurs.

L’homéopathie pour la femme enceinte

Les brûlures d’estomac

Elles débutent souvent dès le commencement de la fécondation. La progestérone a une action sur l’ensemble des muscles du tube digestif tout en favorisant le reflux de liquide gastrique. Les brûlures de l’estomac peuvent aussi être favorisées par la croissance considérable du bébé.

Les remontées acides sont donc fréquentes à cause de la prise de poids du fœtus surtout pendant le troisième mois de grossesse. Ces troubles gastriques se remarquent surtout après s’être allongée ou après avoir mangé.

Le Robinia 5 CH traite efficacement les brûlures de l’estomac à raison de 5 granules à prendre au coucher ou 15 minutes avant chaque repas. Le Kalium Carbonicum 5 CH est le plus adapté si les brûlures s’accompagnent des ballonnements et des renvois.

L’argentum Nitricum 5 CH est à prendre si les troubles gastriques augmentent quand on mange des aliments sucrés. Les remontées acides pendant la nuit calmées par les boissons chaudes sont atténuées par les granules d’Arsenicum  Album 9 CH.

La constipation

La constipation est très fréquente durant la période de grossesse, notamment pendant le deuxième et le troisième trimestre. La diminution des activités physiques, la sécrétion de progestérone et la pression subie par l’abdomen favorisent principalement ce souci qui est déjà courant chez une femme.

Le premier réflexe qu’il faut avoir en présence de cette situation est de boire beaucoup puisque le manque d’eau est l’une des principales causes de la constipation. L’homéopathie propose également les granules d’Alumina 5 CH et le Bryonia 5 CH à prendre le matin et le soir.

L’arme idéale reste une alimentation riche en fibres accompagnée d’une activité physique modérée durant la période de grossesse.

L’hémorroïde

L’hémorroïde est le résultat d’une dilatation des vaisseaux situés au niveau de l’anus. Cette dilatation est souvent douloureuse et provoquée par la fécondation ou l’accouchement. Cela s’explique le plus souvent par la tendance à la compression de l’utérus, la constipation et l’imprégnation hormonale pendant la période de grossesse.

La pression du fœtus dans l’utérus cause cette dilatation de nombreux vaisseaux anaux. Le remède le plus approprié est le Lachesis 5 CH, à raison d’une dose tout le matin et le soir. La prise peut se faire toutes les 15 minutes à chaque fois que la crise fait son apparition.

Ce médicament peut être complété avec l’Aesculus pour plus d’efficacité. Une consultation médicale doit être effectuée si les symptômes ne passent pas après l’utilisation de ces produits. Seul un médecin peut prescrire le traitement spécifique.

Les hémorroïdes qui apparaissent durant la grossesse disparaissent d’eux-mêmes dans les 4 ou 5 semaines après la naissance du nourrisson. Dans le cas contraire, il est préférable de consulter un médecin spécialiste.

La bouffée de chaleur

La bouffée de chaleur est sans risque pour la future maman et pour son bébé, mais c’est des petits désagréments très courants. Il est presque impossible de la supprimer, mais on peut l’apaiser au maximum et réduire son intensité.

Les médecins préconisent généralement un THS (Traitement Hormonal Substitutif) s’accompagnant d’effets secondaires et qui sont même contre-indiqués par certains spécialistes. Par contre, la médecine douce permet de lutter contre les bouffées de chaleur de manière efficace sans recourir à l’hormonothérapie.

L’automédication avec l’homéopathie durant la grossesse

Les spécialistes insistent sur la difficulté pour les femmes enceintes de pratiquer une automédication, ils doivent d’abord définir le remède adapté au terrain de la patiente avant le traitement des symptômes. Cela doit passer par un entretien sur son alimentation et sur son mode de vie en général.

Trois critères entrent ensuite en compte pour sélectionner le traitement le plus adapté : les symptômes, les causes et ce qui l’améliore ou l’aggrave. En une phrase, chaque future maman sort avec une ordonnance personnalisée à la main.

La santé de bébé avec l’homéopathie

Comment et quand utiliser l’homéopathie sur un nourrisson ?

Cette médecine douce est utilisable face à divers troubles. Il est possible de choisir un traitement, par exemple en cas de problème d’infection aigüe. Cette prise peut se faire en général 3 à 5 fois par jour durant 2 ou 3 jours avant d’espacer les prises après amélioration.

Il est cependant préférable de faire une consultation auprès d’un médecin spécialisé si l’état de l’enfant ne s’améliore pas après 48 heures dans le cadre d’une automédication. Cela dit, tout dépend principalement de ses maux, il faut rester vigilant à chaque moindre symptôme.

La santé de bébé avec l’homéopathie

Les remèdes adaptés en cas de toux

Il faut noter qu’en cas de toux (sèche ou grasse), il ne faut en aucun cas chercher à l’arrêter puisque c’est un réflexe de protection qui vise l’évacuation des glaires. Il faut par contre traiter rapidement la cause. Elle peut être abordée par cette médecine alternative s’il n’y a aucun signe de gravité.

Le soin varie selon le type de toux que présente le nourrisson : soit la toux est grasse, soit elle est sèche. Il se peut qu’il y ait d’autres symptômes liés à ce trouble (rhume, voix rauque, enrouée, etc.), mais l’homéopathie peut agir sur tous les signes.

Le Drosera est un médicament adapté en présence de toux sèche et de toux asthmatiformes. Il est à privilégier le soir avant que le petit bout de chou ne dorme.

L’Ipeca est un mélange approprié pour les toux grasses et aide le bébé à mieux évacuer les glaires contenues dans son poumon. Ce type de toux est souvent liée à des allergies ou à de l’asthme. Elle peut être parfois associée à un vomissement de glaire, c’est pourquoi il est mieux de compléter ce remède avec le Kalium Bichromicum.

Médicament homéopathique en cas de coliques

Il est important d’étudier les signes liés aux coliques pour déterminer le traitement adapté à l’enfant. Les coliques sont des  problèmes intestinaux dont les manifestations sont aussi difficiles à supporter pour un nourrisson que pour un adulte.

Le bébé atteint de ce trouble intestinal n’arrête pas de pleurer, plus de 3 heures par jour durant 3 jours. C’est un signe probable d’une colique intense. Il se peut qu’il joigne ses jambes à son ventre ou que ses jambes raidissent tout comme les muscles de son abdomen.

Le thérapeute propose aux parents de soulager les douleurs à l’aide d’extraits de plantes utilisées à une dose bien calculée et infinitésimale, sans danger pour le bébé. Le Lycopodium Clavatum 5 CH, à raison de 5 granules, est à prendre pour la présence de gaz intestinaux.

Le Cuprum Metallicum 9 CH est adapté s’il a des hoquets après les tétées, 5 granules de ce médicament suffisent à les stopper. Par contre, s’il n’y a aucune de ces indications, il est possible de lui administrer des granules de Magnesia Phosphorica ou des granules de Colocynthis 9 CH.

Attention ! Tous ces médicaments doivent être administrés à partir d’un biberon pour une dose de 5 granules mélangées dans de l’eau pure pour que son corps les assimile. Il ne faut en aucun cas les administrer directement.

En présence d’une constipation

La constipation chez un petit alimenté au lait maternel est très rare. Il se peut que l’enfant n’ait aucune selle pendant quelques jours, mais cela ne veut pas dire qu’il est constipé. La selle est en général molle mais ne le gêne pas même espacée de plusieurs jours.

Seul un professionnel peut choisir le traitement approprié à chaque cas bien que les médicaments soient nombreux. Mais il est possible d’opter pour le Bryonia et l’Alumina si le nourrisson présente des selles sèches ou dures ainsi qu’un intestin paresseux.

Que faire en cas de rhume ?

Les infections respiratoires, les rhinopharyngites ou le rhume sont les maux les plus fréquents chez un petit de 0 à 2 ans. Il faut cependant prendre en note que le rhume est utile pour qu’il puisse façonner une immunité très solide. Cela ne veut pas dire que c’est une maladie négligeable, car elle peut se compliquer en laryngite ou en bronchiolite.

Une dose d’Oscillococcinum doit être donnée au bébé dès le premier signe de refroidissement (nez qui coule, éternuement toutes les minutes, etc.) avant de lui donner 3 granules d’Aconit toutes les heures jusqu’à ce que les symptômes disparaissent.

D’autres remèdes peuvent être prescrits par les spécialistes si le rhume est déjà présent : le Pulsatilla 9 CH (écoulements incolores ou jaunes), le Kallium Bichromicum 9 CH (écoulement jaune verdâtre), Nux Vomica 9 CH (en cas d’éternuement fréquent), etc.

Il est important de laver périodiquement le nez de l’enfant pour accélérer la guérison. L’utilisation de gouttes nasales ou de sprays en complément de la cure n’est pas la meilleure des solutions puisque ces derniers peuvent contenir du camphre annulant l’efficacité des produits.

Quelle posologie adaptée pour quel traitement ?

Les dilutions en 5 CH sont les mieux adaptées pour les soucis physiques selon la confirmation des homéopathes. Ils conseillent de prendre 5 granules pour chaque prise. Les problèmes comportementaux comme les troubles du sommeil s’adaptent avec les dilutions en 15 CH. 5 granules par prise peuvent être donnée à l’enfant chaque soir durant 2 semaines au maximum.

À noter qu’un traitement homéopathique est avant tout un médicament bien qu’il soit une médecine alternative. Il faut donc toujours demander l’avis de son médecin avant d’en proposer à un.

Il est également conseillé de s’abstenir de faire le pharmacien en herbe pour éviter toute complication et de rester prudente car un bébé est délicat. La consultation d’un spécialiste doit se faire au moindre signe de troubles.

Mais cette médecine douce fonctionne aussi très bien pour les animaux : C'est l'homéopathie vétérinaire

×